Un trésor, vous dites? 2/3

« Potentiellement, ce tableau n’a pas de prix, il pourrait être le plus cher du monde »      -Marc Labarbe, commissaire-priseur de Toulouse

TOULOUSE, NOVEMBRE 2014

-Mon cher Labarbe*, quand vous dîtes « trésor », vous pensez à quoi exactement ?                 -Paul, en vingt ans de carrière, je n’ai jamais fait telle découverte ! Cela fait deux jours seulement que je l’ai trouvé et il ne me quitte plus… Cette sensation…                                          -Pourriez-vous être plus clair ? De quoi s’agit-il ?                                                                                   -D’un tableau d’une violence…insondable. Trois personnages, un homme. Deux femmes. Au premier plan. L’homme, barbu, la quarantaine, est étendu sur un lit drapé de blanc. A vrai dire, il est plutôt mal en point. Voire très mal en point ! Sa main droite cherche appui sur la couche quand la gauche se tend de douleur. Le visage rugissant, de colère et de souffrance. Atroce. Il serre les dents, cet homme, et sa vie s’écoule. S’é-cou-le. Un flot de sang jaillit de la béante coupure. Juste au-dessus, l’épée meurtrière comme preuve de sa mort imminente. De nouveau son regard converge vers deux femmes, jeune et vieille. Unie dans la tragédie. Une tragédie, vraiment ? A la vue de leur visages, ça n’en est pas une. Plutôt une résolution aussi nécessaire que vitale. Elle nous observe, cette jeune femme. Elle nous fait complice de son crime. La lumière sur sa peau est trompeuse…Et tandis qu’elle nous apprend sa détermination, elle tire la tête vers elle. La femme âgée, toute ridée semble n’avoir pas d’âge. Le drapé blanc la coiffe, une telle élégance contraste avec son geste. Brutal. Précis. Létal. Elle tient la lame meurtrière. Et sait s’en servir ! Le sang qui ruisselle du cou de l’homme n’inonde pas encore les draps.  Mais les rideaux, si. L’écarlate suinte du drapé, se répand en fond, comme une promesse. Ou un châtiment. L’éclat de la lame répond à l’éclat de la perle d’oreille de Judith. Judith, sa servante, Holopherne. Qui d’autres ?                                                                                                                            -Mon cher Labarbe, vous semblez envoûté !                                                                                            -Que dire devant un tel chef d’œuvre ! Il y a trop de force, trop de violence et de finesse pour que ce tableau reste dans l’ombre !                                                                                                    -C’est dire !  J’ai entendu une rumeur qui donne à ce tableau une origine incertaine pour une découverte…inattendue!                                                                                                                          -Miraculeuse serait plus juste !

caravage-2

*Marc Labarbe est un commissaire priseur de la région de Toulouse. Il est le premier à avoir vu le tableau. Le dialogue est fictif mais les informations, elles, sont bien réelles; (suite vendredi)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s