J’ai publié mon premier livre!

C’était en janvier 2018. Le 9, pour être plus précise. Un jour merveilleux, le jour où j’ai tenu pour la première fois mon livre papier écrit six mois plus tôt…

Mais de quoi parle -t-il, justement, ce livre?
De l’endométriose.

Bien que je ne m’en sois jamais ouverte ici, sur mon blog, je suis atteinte d’endométriose depuis mes 16 ans. Le jour où j’ai compris que quelque chose clochait vraiment, c’était un dimanche matin, en 2016.

CommentSEpanouirEndometriose COUV 1

J’allais prendre une douche (quoi de plus normal?). Mais cette douche, précisément, ne se déroula pas comme prévu. Ce n’était pas une douche normale, pas un dimanche normal. C’était un dimanche qui allait changer ma vie, et ce, en dix minutes à peine.
Sous la douche, une douleur étrange, dans le bas ventre. Ça monte, monte, monte… Explose! Je me recroqueville, et pleure. J’ai mal, et je ne sais pas pourquoi, très mal, trop mal. Plus tard, un ou deux mois après l’épisode, je comprends: ce pouvait être une crise d’endométriose. Mais moi, je préfère appeler ces crises des « pics de douleur »: la douleur vous déchire le ventre de haut en bas, l’utérus se contracte comme jamais. En fait, ces contractions valent celles d’une femme prête à accoucher, et font mal comme une amputation. Que de la joie!

Alors oui, ce jour a transformé ma vie, et il n’a fallu que de dix petites minutes pour que tout bascule. Car, en vérité, depuis ce fameux dimanche, la douleur ne m’a plus jamais quittée. Mes douleurs me talonnent 24h/24, sept jours sur sept, depuis deux ans maintenant. Au départ -soit pendant l’année qui a suivi le diagnostic- je croyais que ma vie avait changé pour le pire. Je voulais être dans le coma, et passais la moitié de ma journée au lit à gémir de douleur, de colère, de frustration. Un an a passé de la sorte. Mais au bout d’une année, j’ai commencé à en avoir marre d’en avoir marre : allais-je perdre ma vie allongée sur un canapé, tordue de douleur?

Jamais, songeais-je. Nous ne sommes pas nés pour souffrir. Nous sommes nés pour vivre, et encore moins pour survivre. Alors, en découvrant les témoignages de l’actrice et écrivaine Laetitia Milot ainsi que celui de la chanteuse Imany, je prenais l’endométriose a bras le corps. Je commence alors à méditer…

Et me voici, deux ans plus tard, avec un livre à mon actif, et une endométriose gérable. Ce livre, c’est celui de ces deux ans de combat, jour pour jour, où je devais me forcer pour me lever le matin, me forcer à faire ce qu’il fallait pour mon bien-être. Mais ce livre, c’est aussi et surtout, celui d’une femme parmi tant (trop) d’autres. Je ne suis qu’une jeune femme atteinte parmi les 180 millions de femmes au monde; alors oui, ce livre est une première ode au courage. À l’espoir, pour toutes celles qui souffrent dans leur coin. Nous n’avons pas à souffrir chacune de notre côté: c’est ensemble que nous ferons bouger les choses. Et c’est pour cela que la citation incipit de mon livre est la suivante: « Si tu enlèves un caillou sur ta route, tu l’enlèves aussi pour les autres ».

J’ai donc l’honneur de voir ce livre, ce récit, ce témoignage, ce guide bourré de conseils, publié en janvier de cette année. Puisse-t-il aider un maximum de filles et femmes touchées.

En voici les références:
« Comment s’épanouir malgré une endométriose » (Julie Sait-Clair) Edition Josette Lyon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s